TICE, MOOC, FOAD en langues étrangères: projets, usages, limites

Nous organisons notre visioconférence lundi 30 mars de 15h30 à 17h30 heures françaises avec des intervenants professionnels dans l’enseignement des langues étrangères et l’utilisation des TICE.

Vous pouvez vous connecter à ce lien pour suivre la visioconférence en direct et posez vos questions : http://epresence.univ-paris3.fr/2.aspx

IMG_2132(1)

Publicités

Réflexion sur le plurilinguisme

Choix du document :

Anne-Claude Berthoud, Université de Lausanne : Regards croisés sur un plurilinguisme à inventer.

 Problématique :

Comment l’étude du plurilinguisme en Europe serait un atout pour le développement scientifique, culturel et économique de l’Europe ?

Résumé :

Dans cet article l’auteur remet en question l’usage de l’anglais comme langue de communication. D’après elle le monolinguisme de la communication scientifique est un véritable danger car en utilisant l’anglais comme langue de communication nous avons tendance à coller nos représentations telles quelles sans chercher à les interroger. Or il ne faut surtout pas perdre les occasions de les interroger.

Essayer de comprendre une autre langue permet de se rendre compte de l’arbitraire des signes. Pour éviter ce que l’auteur nomme le « prêt à penser » et le « prêt à parler », il faut confronter les langues dans leurs différences.

Les différents points de vue sur les objets, particulièrement scientifique, est une richesse que nous perdrions en adoptant seulement l’anglais comme langue d’échanges. Ainsi du « prêt à penser » nous passerions à une « pensée unique » et un « savoir unique ».

Pour éviter cela il est important de se concentrer sur les incompréhensions, les décalages linguistiques. Prendre en compte les différences des langues permettrait d’inscrire les objets de science dans un « développement durable » ce qui contribuerait à la formation d’un projet durable et de qualité.

Cependant attention de ne pas tomber dans l’effet inverse qui serait de « faire l’éloge de la différence radicale » et de nier le standard. Il faut plutôt trouver ce que l’auteur appelle une « standardisation épaisse » c’est-à-dire d’analyser un objet dans un environnement plurilingue afin de comprendre les sens que les langues partagent ou non afin de développer la connaissance que nous avons de ces objets.

A la suite de cette analyse les scientifiques seraient en mesure de sélectionner le mot dont le sens désigne le mieux l’objet en question. Cette manière de « jongler » avec les mots nous protégerait de l’idée que les mots sont transparents et nous empêcherait de faire l’amalgame entre le mot et la chose.

Ainsi le plurilinguisme permet de comprendre de quelle manière la langue et le discours construisent l’objet de connaissance.

Réflexion :

Il est intéressant de voir comment cet article remet en question l’idée de l’anglais comme lingua franca dans un contexte plurilingue. Dans le cas de l’Europe cette réflexion prend effectivement tout son sens.

L’Europe qui se caractérise par sa richesse et sa diversité culturelle et linguistique, est à la recherche d’une certaine unité. Cette unité pourrait-elle passer par la langue ? Comment créer un espace commun de communication en Europe ?

Ces deux questions nous amène à réfléchir à l’idée d’une éducation plurilingue. Comme l’auteur le souligne, une langue est une « médiation symbolique ». En plus de transmettre des informations à travers des signes arbitraires, la façon dont nous construisons notre discours structure notre rapport au monde et aux autres.

Ainsi, apprendre une langue étrangère nous permet de comprendre l’arbitraire du signe, de nous détacher de notre façon de penser et de nos représentations et d’approcher une autre culture par la compréhension de la façon dont elle structure le monde. Il faut faire l’expérience de la diversité des langues pour ne pas être enfermé dans une seule langue étrangère, dans un seul type de discours. Ces compétences plurilingues permettent le développement de valeurs de tolérance de respect vis-à-vis de l’altérité. Par conséquent, une éducation plurilingue permet le développement d’une pluriculturalité de l’individu.

De cette réflexion découle la nécessité de créer une place à l’enseignement plurilingue dans les curriculums éducatifs.

Bibliographie:

Jean-Claude Beacco, Michael Byram, Marisa Cavalli, Daniel Coste, Mirjam Egli Cuenat, Francis Goullier et Johanna Panthier (Division des Politiques linguistiques): Guide pour le développement et la mise en œuvre de curriculums pour une éducation plurilingue et interculturelle.

Stephan Breidbach, Université de Bremen : Le plurilinguisme, la citoyenneté démocratique en Europe et le rôle de l’anglais.

Bruno Maurer, Editions des Archives Contemporaines : Enseignement des langues et construction européennes. Le plurilinguisme nouvelle idéologie dominante.

Stage – Premières réflexions

J’ai commencé mon stage depuis quelques semaines, je le fais dans le cadre de mon emploi d’enseignante FLE à l’Alliance Française de Shanghai sur un projet de création de FOAD hybride et 100% à distance commune au réseau des Alliances Françaises de Chine.

Nous avons choisi de travailler sur la plateforme Chamilo car cette dernière est plus facile d’usage que Moodle et c’est une plateforme en français. Je viens donc de commencer à manipuler Chamilo, Hot Potatoes et différents outils comme Vocaroo (outil d’enregistrement qui ne demande aucune inscription et permet d’enregistrer des productions de type mp3 et de les partager ou les envoyer), Framapad, Zoho Docs (outils d’écriture collaborative, alternative à Google Docs qui ne fonctionne pas en Chine), Cerego et Quizzlet (pour créer des flashcards) que nous comptons mettre à disposition de nos étudiants.

Ma biographie langagière

Après avoir rédigé un document Word pour ma biographie langagière, je me suis ravisée et ai décidé d’être plus originale et de créer une Mindmap interactive. C’est la première fois que j’utilisais les outils MindMap et Thinklink. J’ai beaucoup apprécié le côté ludique des deux outils.

Cliquez ici pour accéder à ma biographie langagière.