Bonne année du singe !!

Lire la suite

Publicités

TICE, MOOC, FOAD en langues étrangères: projets, usages, limites

Nous organisons notre visioconférence lundi 30 mars de 15h30 à 17h30 heures françaises avec des intervenants professionnels dans l’enseignement des langues étrangères et l’utilisation des TICE.

Vous pouvez vous connecter à ce lien pour suivre la visioconférence en direct et posez vos questions : http://epresence.univ-paris3.fr/2.aspx

IMG_2132(1)

Découverte d’outils de création d’activités

Dans le cadre de mon stage dont le projet est de créer une FOAD en FLE, je viens de travailler sur Quizlet et LearningApps, deux outils faciles à utiliser et que l’on peut embarquer sur Moodle et Chamilo.

Je vous laisse regarder le résultat et essayer. A noter: cela pourra être intéressant pour le cours C0AI12_D Dispositifs et plateformes lorsqu’il faudra créer une séquence de cours sur Moodle.

Quizlet: Les pièces de la maison
Pour apprendre et réviser le vocabulaire sous forme de Flashcards.

LearningApps: Les pièces de la maison
Pour réviser sous forme d’activité.

Stage – Premières réflexions

J’ai commencé mon stage depuis quelques semaines, je le fais dans le cadre de mon emploi d’enseignante FLE à l’Alliance Française de Shanghai sur un projet de création de FOAD hybride et 100% à distance commune au réseau des Alliances Françaises de Chine.

Nous avons choisi de travailler sur la plateforme Chamilo car cette dernière est plus facile d’usage que Moodle et c’est une plateforme en français. Je viens donc de commencer à manipuler Chamilo, Hot Potatoes et différents outils comme Vocaroo (outil d’enregistrement qui ne demande aucune inscription et permet d’enregistrer des productions de type mp3 et de les partager ou les envoyer), Framapad, Zoho Docs (outils d’écriture collaborative, alternative à Google Docs qui ne fonctionne pas en Chine), Cerego et Quizzlet (pour créer des flashcards) que nous comptons mettre à disposition de nos étudiants.

Site Web HTML CSS

Depuis quelque semaine je me concentre sur la réalisation de mon site Web en HTML et CSS. Dans un premier temps j’ai suivi les cours en ligne sur Openclassroom. Je ne peux que conseiller ce Mooc qui est très bien fait, clair, et qui nous apprend à utiliser ce nouveau langage pas à pas.

Apprendre un nouveau langage a toujours un côté magique, car cela nous permet de communiquer, de se faire comprendre, d’agir et de réagir dans certaines situations. Avec le langage HTML et le code CSS c’est notre navigateur qui nous comprend et qui nous autorise à laisser s’exprimer notre côté créatif.

Au tout début de ma période de codage j’avais de grands objectifs quant au contenu et la forme de mon site. Je voulais que mon site puisse être utile à mes apprenants FLE. J’ai donc pris en compte leurs besoins et leurs objectifs dans l’apprentissage du français. Initialement je comptais faire plusieurs pages, une pour la grammaire française, une autre pour présenter les examens de langue française, une suivante pour exposer les démarches à suivre pour partir étudier en France,… Cependant j’ai rapidement pris conscience que la création de mon « site idéal » risquait d’être vraiment chronophage, le contenu du site était trop vaste, et qu’il valait mieux que je revois mes exigences à la baisse. Car nous ne serons sûrement pas évalué sur le contenu même de notre site mai plutôt la technique, la mise en page, la cohérence. Par conséquent je compte créer un site qui sera toujours dans le domaine du Français Langue Étrangère et qui puisse être parcouru et lu par mes apprenants mais je vais me concentrer sur un seul point de grammaire que je vais expliciter sous différentes formes ( littérature, chanson,…)

Le thème de mon site mis à jour, me voilà relancée dans la conception. Mais de nouveaux problèmes apparaissent, problèmes de types CSS. Comment trouver une photo qui me servirait de bannière et qui aurait la taille que je recherche? Que mettre dans mon aside si je place mon menu de navigation dans mon header? Pourquoi je n’arrive pas à centrer mon texte? Et mon image, pourquoi n’apparait-elle pas??? Toutes ces questions se répètent, et malgré l’aide que l’on peut trouver sur les forums on se sent bien seul par moment… Mais courage, c’est tellement agréable d’apprendre et de découvrir!

Photopeach: 1er essai

Photopeach permet de créer des Slideshow en ligne et d’ajouter un fond musical. Cet outil nécessite de s’inscrire avec une adresse email.

Je l’ai utilisé avec mes élèves en leur proposant de réaliser une présentation de Noël en Chine. L’objectif était de réutiliser le vocabulaire vu autour de Noël. C’était un travail à réaliser à la maison. J’avais réalisé une préparation en amont pour leur montrer: Noël à Strasbourg.

Bilan: il a été difficile voir même impossible de s’inscrire sur Photopeach depuis la Chine sans l’utilisation d’un VPN. Pour remédier à ce problème j’ai créé un compte commun. Malgré ce compte déjà ouvert mes élèves m’ont rapporté que le site restait très lent et que certaines fonctionnalités n’étaient pas accessibles. Certains ont quand même pris le temps et fait l’effort de réaliser l’activité. Ci-dessous 2 réalisations :

Miranda

Florence

La Taxonomie de Bloom

Taxonomie de Bloom et Edmodo

Mon projet, qui à la base était de créer une plateforme Moodle pour nos classes adolescentes, a évolué. Je trouve qu’Edmodo est plus facile à mettre en place et à développer. Dans cette MindMap je définis les objectifs pédagogiques de mon projet en fonction de la Taxonomie de Bloom. Au terme de leur formation j’aimerais que mes apprenants soient capables:

  • d’employer le français comme langue étrangère pour communiquer à l’écrit et à l’oral.
  • d’utiliser Edmodo comme réseau social.
  • de se servir de logiciels de création (Photopeach, StoryJumper,…)

 

Analyse réflexive autour du projet professionnel

Activité : Analyse réflexive autour du projet professionnel

Projet: Développer une plateforme de type Moodle pour les classes de Minimes.

Contexte du projet

  • Alliance Française de Shanghai qui propose des cours de français langue étrangère à un public allant de 3 à 99 ans. Public majoritairement chinois.
  • Différents types de cours :
    • Cours Coccinelles pour les 3-6 ans ;
    • Cours Benjamins pour les 7-10 ans ;
    • Cours Minimes pour les 11-15 ans ;
    • Cours Adultes.
  • 6 sessions de cours de 2 mois organisées durant l’année.
  • Équipe de 50 enseignants français et chinois.
  • 3 centres sur Shanghai.

Choix du projet

Le projet de création et de développement de la plateforme de type Moodle va se centrer sur les cours Minimes. Pourquoi seulement les cours Minimes ?

  1. C’est un public qui en général suit les cours durant une année complète, d’où l’intérêt de créer des dossiers « Classe » que nous pourrons conserver pendant un an.
  2. Les cours Minimes n’ont lieu qu’une fois par semaine sur la base de 2 heures. La plateforme permettra de maintenir un suivi durant la semaine.
  3. Ce sont des cours à échelle réduite : une vingtaine de classes pour une dizaine de professeurs concernés. Cela nous permettra de créer cette plateforme, d’analyser les difficultés que sa mise en place entraîne, de définir nos besoins et de développer une procédure qui pourra être transposable à l’ensemble des cours de l’établissement.

Outils :

  • La plateforme doit être accessible facilement depuis la Chine sans l’usage d’un VPN.
  • Choix de la langue : le chinois n’est pas lu par tous nos professeurs, le français est en voie d’acquisition pour nos apprenants. Ainsi la plateforme pourrait être utilisée dans sa version anglophone, pour faciliter son accès et son usage, mais les contenus seront rédigés en français par les enseignants et les apprenants.
  • L’existence d’une version application pour smartphone de cette plateforme sera prise en compte dans le choix retenu.

Humain :

Former les enseignants à l’utilisation de la plateforme à travers des séances de tutorat. Dans un premier temps leur permettre de découvrir, à travers des exemples d’utilisation, les possibilités que l’usage de cette plateforme offre.

Dans un second temps leur donner les moyens techniques pour l’utiliser.

Motiver, intéresser et fédérer les enseignants dans la création et le développement de la plateforme ainsi que dans la production de ses contenus.

Les 6 modèles d’Agostinelli

  1.  Un modèle didactique fondé sur une approche anthropologique des connaissances

Chaque enseignant sera en charge de son dossier classe mais au préalable l’équipe d’enseignants aura décidé et crée les documents communs à chaque classe de même niveau. Ces documents suivront les objectifs de cours et leurs contenus. Ils seront conçus en fonction des manuels de cours, et seront connectés aux objectifs pédagogiques définis. Ces documents seront des supports aux points grammaticaux, lexicaux et culturels abordés en classe.

Les documents pourront prendre plusieurs formes : fichiers pdf, doc, notebook, jpeg, gif,…

En plus de ces ressources communes, les enseignants auront la possibilité de proposer des documents de leur création en fonction des activités qu’ils auront proposées à leur classe.

Une bibliothèque de ressources sera également accessible aux apprenants (Cf pour les droits d’auteurs) ainsi que des liens vers des sites proposant des activités de français langue étrangère en ligne.

  1. Un modèle de communauté de pratiques pédagogiques fondées sur le savoir-faire et les échanges

Mots-clés : collaboration, participation, transmission de l’information ouverte à l’interprétation collective.

Les apprenants auront à leur disposition un forum pour leur permettre d’échanger sur ce qu’ils aiment et connaissent de la culture française par exemple. Cette activité pourrait être mise en place à l’origine par le professeur pour développer l’intérêt des adolescents et les efforcer à chercher et à mettre en ligne leurs recherches.

Ils pourraient avoir à proposer des films, des chansons qu’ils ont aimés et poster le lien sur le forum. Chacun pourrait librement aller regarder les liens proposés et dire s’ils ont aimé ou non et pourquoi.

Pour ne pas freiner la communication et le partage entre apprenants qui ont encore un faible niveau en français, il pourra être au choix du professeur de leur permettre de communiquer en anglais et en chinois.

Il sera également demandé aux apprenants de réaliser et rendre des travaux de groupe qui développeront leur collaboration, qu’ils auront à poster sur la plateforme. Ces travaux seront à faire à distance, en complément des activités de classe, ce qui permettra aux apprenants de s’approprier les outils informatiques (Cf modèle 4 d’Agostinelli). Ces travaux seront visibles par les autres groupes, dans un souci de partage dans un premier temps, et d’évaluation dans un deuxième.

  1. Un modèle informatique pour la prise en compte des contraintes liées aux situations didactiques

La première contrainte sera l’accessibilité du web et sa vitesse. La plateforme choisie devra être accessible sans VPN et facilement utilisable depuis les postes des apprenants en prenant en compte la vitesse réduite du web en Chine.

Ensuite, pour faciliter l’usage de la plateforme il faudra :

  • Dédier du temps de cours à l’explication du projet. Plus le projet sera clair, plus les apprenants trouveront un intérêt à y participer.
  • Envisager une courte séance de tutorat pour permettre aux apprenants de comprendre comment naviguer facilement sur la plateforme.
  • Prévoir un retour sur les activités réalisées durant la semaine à chaque séance de cours.
  • Fournir, pour chaque travail demandé, des consignes précises contenant :
  1. le nombre de caractères,
  2. le format du document attendu ou le logiciel à utiliser,
  3. la date de remise du travail.
  • Faciliter la remise des travaux en ligne par la mise en place d’une interface simple et claire.
  • Créer des outils d’échange sous forme de forum pour favoriser la communication entre apprenants et enseignants.

4. Un modèle des communautés techno-didactiques fondé sur le rôle de la médiation par l’outil

Objectif : Trouver des activités visant l’appropriation par l’apprenant de la culture du e-learning.

L’intérêt sera de proposer aux apprenants de réaliser des travaux qui prendront différentes formes : des documents pdf, des diaporamas, des documents audios, vidéos à poster sur la plateforme dans un premier temps.

Lorsque le niveau des apprenants leur permet, il pourrait être intéressant de leur donner les moyens de créer un wiki en français et/ou un blog.

5. Un modèle communicationnel des situations didactiques dans le cadre de la construction et partage des règles dans les communautés

Il sera mis en place deux « acteurs », le formateur qui sera l’enseignant, plus un tuteur qui sera désigné parmi les élèves. Un élève sera tuteur durant une session de cours, c’est-à-dire deux mois, puis passera le relais à un autre élève. Cela permettra à chaque apprenant de se responsabiliser par sa fonction de tuteur mais aussi d’échanger son savoir-faire dans la « formation » d’autres tuteurs.

En début d’année, des règles de comportements à adopter en ligne pourraient être rédigées par les apprenants eux-mêmes, guidés par l’enseignant. Un brainstorming serait lancé et permettrait de dégager des règles relatives au respect des droits d’auteurs, au respect d’autrui, à l’évaluation des tiers,… Ainsi, le tuteur sera aussi un modérateur dans le sens où il devra veiller au respect de ces règles par les utilisateurs de la plateforme de cours.

6. Un modèle de dévolution didactique fondé sur la théorie de l’acteur-réseau

Les apprenants se connaissent de par leur présence en cours. Les liens continueront à se tisser à travers leurs échanges en cours et sur la plateforme.

Conclusion

Mon projet se rapproche des modèles 1, 2 et 4 des 6 modèles d’Agostinelli.

J’en suis là!

Partie à la découverte de la Chine depuis quelques années, j’ai atterri à Shanghai il y a un an de cela pour mon plus grand plaisir! L’apprentissage du chinois mis de côté, ma principale activité est d’enseigner le français langue étrangère en Alliance Française. J’y ai découvert ma vocation, enseigner, en particulier aux enfants et adolescents.

En cours je me suis petit à petit familiarisée avec l’utilisation des Smartboards. J’ai voulu proposer à mes élèves, surtout les enfants, de plus en plus d’activités sur ce support. Il fallait donc les créer. Mais n’étant franchement pas geek dans l’âme il a fallu que je me renseigne, demande des conseils, suive des tutoriels en ligne,…

C’est ainsi que l’été dernier j’ai commencé un cours en ligne concernant l’utilisation des TIC dans l’enseignement primaire. Cela m’a ouvert les yeux sur les moyens qui aujourd’hui s’offrent à nous pour rendre nos cours plus dynamique, plus original, plus ludique, et surtout plus en harmonie avec le développement des outils « médias ». Pourquoi ne proposer que des exercices papiers alors qu’il est possible de créer la même activité mais plus dynamique et collaborative grâce aux smartboards? Pourquoi se contenter de demander à nos élèves de ne réaliser que des créations avec des crayons, feutres, papier alors que nous avons tant d’autres supports à notre disposition?

J’ai donc commencé à mettre cela en pratique avec mes élèves, à essayer d’utiliser différents outils comme la vidéo, l’enregistreur audio, la création de BD en ligne,… dans l’objectif de poster leurs travaux sur des réseaux sociaux éducatifs. Et là j’ai réalisé à quel point ces activités prenaient sens à leurs yeux. Enfin le français sortait du manuel et s’installait dans les activités qui les intéressent quotidiennement.

Nos ressources sont nombreuses mais il faut savoir les utiliser.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai voulu m’inscrire au Master AIGEME. Je réalise que l’éducation évolue dans la forme, je veux être capable de m’y adapter et continuer à découvrir afin de mettre en pratique.